Transfert d'entreprises

Comment évaluer la juste valeur marchande d’une entreprise?

«Combien mon entreprise vaut-elle»?, se demandent plusieurs chef d’entreprise au moment de prendre la décision de la vendre. Malheureusement, plusieurs d’entre eux évaluent cette valeur sur des bases émotionnelles et non rationnelles: la plupart y ont travaillé plus de 72 heures par semaine sans prendre de vacances. «Pour ça elle vaut cher, non ?», nous dit-on.

Pas nécessairement. Plusieurs entrepreneurs ont été déçus d’apprendre que leur entreprise vaut moins cher que ce qu’ils pensaient.

Personnes évaluant des données sur un graphique
Comment évaluer la valeur de votre entreprise?

L’évaluation de la valeur d’une entreprise, appelée juste valeur marchande, est une analyse rigoureuse de votre entreprise. Elle donne un aperçu juste et rationnel de sa valeur et son calcul s’avère complexe. Démystifions ce sujet.

Définition de la juste valeur marchande

La juste valeur marchande n’est pas définit dans les lois fiscales canadiennes et québécoises. Toutefois, l’Agence du Revenu du Canada fournit cette définition:

«La juste valeur marchande est le prix le plus élevé, exprimé en dollars, qui puisse être obtenu sur un marché ouvert qui n’est soumis à aucune restriction, lorsque les parties à la transaction sont bien informées, qu’elles agissent avec prudence, qu’elles n’ont aucun lien de dépendance entre elles et que ni l’un ni l’autre n’est forcée de quelque manière de conclure la transaction.»

En terme simple, la valeur de votre entreprise correspond à celle qu’un acheteur est prêt à payer sans qu’il y soit contraint et qu’il possède toutes les informations nécessaires pour prendre une décision éclairée. Il n’existe pas de barème fixé par le gouvernement, comme plusieurs nous le demande.

S’il n’existe pas de barème, il existe des méthodes pour évaluer la valeur de votre entreprise, cependant.

Comment évaluer la juste valeur de votre entreprise?

L’évaluation de la valeur d’une entreprise n’est pas une science, puisse qu’elle repose sur des informations factuelles à un moment précis de la vie de l’entreprise, ainsi que sur des interprétations. C’est une tâche complexe qu’il vaut mieux confier à un comptable agréé ou à un expert en évaluation.

Gardons en têtes trois principes fondamentaux pour établir la valeur:

  • elle correspond à ce que l’acheteur est prêt à payer
  • elle repose sur ce que valent les flux de trésorerie futurs
  • elle repose sur la valeur des actifs matériels

Les évaluateurs utilisent principalement trois méthodes:

  • Par l’actif
  • Par le rendement
  • Par le marché

 Méthode par l’actif

Selon le site Entreprises Canada, il s’agit de la même méthode qui est utilisée lors de la dissolution d’une entreprise. La logique est la suivante: combien donneraient vos créanciers pour liquider vos actifs? En somme, il s’agit de déduire vos dettes de vos actifs (équipements, bâtisse, etc.) pour établir la valeur nette de l’entreprise:

Pour établir la valeur de liquidation, on attribue des valeurs dérisoires à tous les éléments d’actif et on comptabilise toutes les dettes à leur valeur comptable. La plupart des biens, lors de ventes forcées, sont vendus à escompte par rapport à leur juste valeur marchande. La différence entre la valeur dérisoire attribuée à l’actif et la valeur réelle ou comptable du passif constitue la valeur de liquidation.

Méthode par le rendement

Cette méthode actualise, c’est-à-dire qu’elle ramène à une même base, les flux financiers actuels et futurs, sans quoi ils ne pourraient pas être comparés. Cette méthode permet donc d’évaluer les revenus futurs de l’entreprise et de calculer leur rendement. On attribue ensuite un multiplicateur: plus le risque est élevé, plus le multiplicateur est bas. Il s’agit d’une méthode fréquemment utilisée, car elle s’avère assez précise.

Méthode par le marché

Cette méthode est dite de la «règle du pouce». Moins précise, elle donne une idée générale qui permet de pousser l’investigation plus loin ou non. Le calcul se fonde sur des entreprises comparables, et de multiplier les bénéfices avant impôt et amortissement (BAIIA) par une valeur, ce qui donne la valeur de l’entreprise. La fourchette de prix peut donc s’avérer très large. Attention avec cette méthode!

Combien vaut votre entreprise?

Pour conclure, combien peut valoir votre entreprise? En définitive, elle vaut ce qu’un acheteur est prêt à payer. Plusieurs éléments peuvent contribuer à créer de la valeur pour un acheteur: un marché en croissance, un produit unique ou qui a peu de concurrence, des revenus récurrents, une image de marque forte ou encore des revenus qui ne dépendent pas de la personnalité du propriétaire (les clients font affaires avec l’entreprise et non avec son propriétaire).

Pouvez-vous identifier quelles sont les sources de création et de destruction de valeur dans votre entreprise? Ce sera le sujet de notre prochain article.

Previous post

Harmonie familiale dans le transfert d'entreprise: équité ou égalité ?

Next post

Symbiose industrielle: Lanaudière mise en valeur lors d'un colloque